Dans La Presse

 

 

 

Le thème de son exposé se résume aux questions fondamentales suivantes :
Que souhaitent nos jeunes ? Sont-ils formés comme nous l’espérions ? Prendront-ils la relève ? Vont-ils à la dérive ou, au contraire, sont-ils bien préparés pour l’avenir ?

Avant de développer les quatre projets les plus récents, Cheikh M. El Khoury a relaté, en guise de prélude, deux expériences marquantes vécues lors de son adolescence :

Une première expérience dans le domaine social initiée par sa tante Huguette Caland : cette mission consistait à aider les jeunes palestiniens à nettoyer régulièrement leur propre camp, le camp de Chatila. Ces jeunes palestiniens, motives, et complètement isolés du monde extérieur, avaient réclamé aux jeunes libanais de partager leurs connaissances scolaires en maths et en langues…

La deuxième expérience :  un jeune livreur, Mohammad, qui travaillait pour l’épicerie du coin lui propose de lui enseigner le jeu d’échecs contre l’enseignement du français et de l’anglais.
Plusieurs années plus tard Cheikh M. El Khoury rencontre Mohammad sur un lieu archéologique, travaillant comme accompagnateur d’un groupe de touristes...

Plusieurs années plus tard, il est nommé à la tête du département des jeunes du Conseil National du Tourisme. La fonction de Cheikh M. El Khoury consistait à développer les activités des jeunes libanais avec les jeunes du monde entier. Vu l’absence de tourisme en temps de guerre, Cheikh M. El Khoury a obtenu d’assimiler à du « tourisme intérieur » la mise en contact entre des jeunes libanais de différentes régions ; de 1977 à 1983, organisation d’activités sociales et culturelles diverses. « J’avais trouvé ma vocation : donner un sens réel à mon existence et un objectif à mon devoir de citoyen. »

Des images, relatives aux quatre projets présentés, ont accompagné l’exposé de Cheikh Malek el Khoury.

 

 




Afficher le powerpoint