Dans La Presse / News

 

M. Nasr a présenté le marché comme largement saturé avec 50 compagnies d’assurance qui opèrent sur le terrain. Seules 20% de ces compagnies détiennent 80% de toutes les primes d’assurance. Jusqu’en 2018 la croissance était satisfaisante avec 1.7 Milliards de primes. En 2019 une chute d’environ 5% a été enregistrée suite à la crise économique et en 2020 une chute d’environ 30% est prévue pour multiples raisons, …

Il y a deux catégories d’assurance : L’Assurance Vie et L’Assurance non-Vie (voitures, usines, propriétés, …). Certaines compagnies se spécialisent dans les assurances Vie (elles représentent le 1/3 des primes totales), d’autres dans les assurances non-Vie, et enfin certaines couvrent ces deux catégories. La plupart des grandes compagnies d’assurance sont détenues par des banques ; les autres sont des compagnies traditionnelles.

L’Association des Compagnies d’Assurance Libanaises (ACAL) vise à établir une coopération étroite entre ses membres mais ne peut pas donner des directives aux assureurs.
LIBS : Lebanese Insurance Brokers Syndicate (Syndicat des Courtiers Libanais D’Assurance)

L’assureur peut vendre sa police de plusieurs manières :
-    Directement à travers sa compagnie ;
-    Par le biais d’un agent exclusif à sa compagnie d’assurance ;
-    Par le biais d’un courtier d’assurance qui opère indépendamment ;
-    Par le biais de la banque (guichet).

L’ICC (Insurance Control Commission), fondée en 1968 est règlementée par le ministère de l’Économie.
À la suite des derniers développements advenus au Liban, la demande pour les assurances-guerre a augmenté et le classement des compagnies d’assurance en tant que primes va certainement changer en 2020.

Les compagnies d’assurances doivent gérer aujourd’hui quatre problématiques :
1.    La crise économique (les frais sont les mêmes mais l’inflation a beaucoup augmenté)
Les assureurs encaissent leurs primes au taux de 1500 LL, mais paient leurs sinistres au taux
du marché noir. Le taux élevé de chômage ne leur permet pas d’augmenter leurs primes.
Ils ont donc des résultats négatifs et de grosses pertes.

2.    Le COVID-19 : Officiellement les pandémies ne sont pas couvertes par les compagnies d’assurance ; même dans les traités conclus avec d’importants réassureurs à l’étranger, cette clause est exclue. C’est en général l’État qui s’en charge.
Au Liban, à la demande du Premier Ministre, la plupart des compagnies d’assurance ont accepté d’y participer : à partir du 16 avril 2020, les assurances couvrent, selon leurs accords avec les assurés, les frais du traitement du Covid-19.

3.    L’explosion du 4 août à Beyrouth : Les volcans et les séismes appartiennent à la catégorie : Events of God. Ils sont couverts par les compagnies de réassurances. Cependant ce sinistre du 4 août, ne rentre pas dans la catégorie des guerres et ne bénéficie même pas, en tout cas jusqu’à ce jour, d’une cause bien définie ; or la cause est nécessaire pour déterminer l’étendue de la couverture du sinistre.
L’intérêt de l’assureur est de couvrir les dégâts afin de fidéliser ses clients. Ces travaux vont commencer bientôt, en accord avec les réassureurs, sous le label : Without Prejudice.
Cependant, la plupart des compagnies d’assurance ont déjà couvert les dégâts relatifs aux voitures : perte totale ou partielle. Quant aux autres dégâts matériels (vitres, murs, boiserie, …) leur couverture est sous étude et sera effective bientôt, avant même d’obtenir l’aval des réassureurs, car la situation de nos assurés est désespérée.

4.    La conversion des devises : 95% des primes sont payées aux réassureurs étrangers depuis des dizaines d’années. C’est ainsi qu’en cas de catastrophe à grande échelle, c’est une forme de garantie pour empêcher les compagnies d’assurance de faire faillite…. Malheureusement, depuis novembre 2019 nous ne réussissons plus à opérer des transferts.
Résultat : Si tous les paiements se font en fresh funds, nous devrons alors largement augmenter nos tarifs ; et pour le moment, il nous sera possible de retarder les paiements d’une manière temporaire. Une autre possibilité : Tenter de trouver un réassureur local.


 

 

Afficher le PowerPoint