La relation entre le Conservatoire et le RCB date depuis plusieurs années.
Je vais commencer par un bref historiqure sur la place du conservatoire dans la vie culturelle au Liban et parler des défis auxquels nous faisons face actuellement.

Historique:
Le Conservatoire a été fondé en 1925 par Wadih Sabra (compositeur de l’hymne National) qui était à la tête de cette institution jusqu’en1952.  À l’époque, beaucoup d’experts en musique étaient venus de Russie fuyant la révolution bolchévique et certains s’étaient installés au Liban et enseignaient à l’académie:

En 1943, Alexis Boutros fonde une École d'Art qui regroupe l'Ecole de Musique, l'École d'Architecture et l'Ecole de Peinture, dont il estime qu'elle peut et doit jouer un rôle très important, et devenir l'un des creusets de l'unité nationale.  

Anis Fleyhan a ensuite dirigé le Conservatoire entre 1953 et 1960; Toufic Succar, Youssef el Khoury et Antoine Hobeika, jusqu’en 1991.  Plus tard, Dr Walid Gholmieh a été nommé à la tête du Conservatoire.  Avant 1991 le Conservatoire avait des branches seulement à Beyrouth; le recrutement d’élèves était très sélectif.

Avec Dr W. Gholmieh cette manière de faire a changé:  J’étais à Paris et je venais de rentrer à Beyrouth.  Sa théorie était de démocratiser l’enseignement de la musique: assurer cet enseignement sur tout le territoire libanais: Tripoli, saida, Zahlé, Dhour el Choueir.  Aujourd’hui nous avons 14 branches au Liban et 6000 élèves.



Afficher toute la conférence